L’AP-HP décide d’accélérer la fermeture de l’unité d’oncologie pédiatrique de l’hôpital de Garches

Commentaire.

Nous vous tenons au courant régulièrement du devenir de ce magnifique service du Dr Delepine. Pour en savoir plus regardez le film de Jean Yves Bilien sur ce service. «Cancer mortel business». 

Seul service en France refusant encore d’appliquer les dogmes de l’industrie pharmaceutique et obtenant des résultats de survie totalement inégalés.

A qui profite le crime.

L’ARTICLE :

Paris, le mercredi 6 août 2014 – Après le départ à la retraite du docteur Nicole Delépine le 19 juillet, la fermeture de l’unité d’oncologie pédiatrique de l’hôpital de Garches, dont l’Agence régionale de Santé (ARS) n’a pas souhaité prolonger l’autorisation, était prévue le 21 août. Pour préparer cet arrêt, l’Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP) avait prévu qu’aucune cure de chimiothérapie ne soit plus programmée à partir du 11 août. A mesure que cette échéance se profile, les tensions sont de plus en plus importantes au sein et aux abords du service, dont la fermeture est très contestée par plusieurs familles. Des versions très différentes Différents événements ont ainsi perturbé le fonctionnement du service et la tranquillité des patients ces derniers jours, dont la teneur est difficile à déterminer, tant les versions apportées par les familles des enfants malades et par l’AP-HP divergent. Quand les premiers évoquent un « accès refusé » au service, l’AP-HP relève pour sa part que des propositions d’hospitalisation vers l’hôpital Ambroise Paré, en raison de l’absence de médecins habilités à prescrire des cures de chimiothérapie (les deux praticiens qualifiés étant en arrêt maladie), sont systématiquement refusées. Des « bousculades » sont également signalées de part et d’autres, mais les victimes de ces brimades, patients heurtés par les services de sécurité, ou responsables administratifs malmenés par les familles, paraissent difficiles à identifier. Le professeur Chevalier rencontre les familles Les violences n’atteindraient pas dans les faits de niveau important. La police a confirmé que sommés d’intervenir sur place samedi, « six policiers du commissariat de Garches (…) n’ont constaté aucune violence et sont repartis dans l’après-midi ». De même, les soins des jeunes patients paraissent être l’objet d’une véritable vigilance. Le professeur Bertrand Chevalier, chef du pôle pédiatrie du Groupe hospitalier Raymond Poincaré, sous la responsabilité duquel ont été placés les enfants pris en charge par l’équipe du docteur Delépine depuis le 19 juillet, a ainsi rencontré neuf familles afin de mettre en place les « solutions de prise en charge qui leur conviennent » indique l’AP-HP. Impossible de soigner les enfants dans ces conditions Pour autant, l’AP-HP juge qu’aujourd’hui, les tensions sont trop vives pour envisager un fonctionnement du service jusqu’au 21 août. Aussi, la programmation de toute nouvelle cure de chimiothérapie a été suspendue dès ce samedi 3 août, comme l’a annoncé hier l’AP-HP à l’occasion d’une conférence de presse. « De manière plus aiguë, jour après jour, nous faisons face à des difficultés provoquées qui nous ont conduits progressivement à accélérer le processus pour éviter que les enfants soient mis en danger » a expliqué le patron de l’AP-HP, Martin Hirsch. « Nous ne sommes aujourd’hui pas en mesure de soigner des enfants dans des locaux dans lesquels il y a envahissement, des médecins en arrêt maladie, une équipe paramédicale soumise à des pressions, un chef de service qui n’a pas la possibilité de contrôler ce qu’il se passe » a encore indiqué Martin Hirsch qui a précisé que cinq enfants sont encore hospitalisés au sein de l’unité aujourd’hui. Cette décision devrait sans doute une nouvelle fois attiser la colère des familles, convaincues que le traitement de leurs enfants sera modifié et qu’ils seront intégrés « de force » dans des essais cliniques, dès lors que l’unité sera définitivement fermée. Déjà, la présidente de l’association de défense du service Ametist, Carine Curtet, accuse l’AP-HP de vouloir « vider le service au plus vite avant que des décisions de justice tombent, décisions qui pourraient lui être défavorables », faisant allusion notamment à la saisie du Conseil d’Etat. Des médecins hostiles à la fermeture du service Mais si l’AP-HP a choisi d’accélérer ce processus, c’est probablement qu’elle doit, outre l’hostilité de quelques familles, faire face à celle de certains médecins et professionnels de santé. L’attitude de certains praticiens a ainsi été critiquée par Martin Hirsch lors de la conférence de presse de ce mardi. « Aujourd’hui, des médecins du service qui n’acceptent pas l’arrêt de l’unité ont appelé des familles pour les faire venir. Les familles ont invoqué des symptômes dont on sait qu’ils sont faux pour essayer d’entrer dans le service et occuper des lits » a ainsi décrit le directeur de l’AP-HP. Aujourd’hui, neuf professionnels non médicaux sur vingt-quatre ont refusé de rester au sein du groupe hospitalier Raymond Poincaré/Ambroise Paré, dont sept n’ont pas encore accepté de solutions de remplacement dans d’autres établissements du réseau francilien. Concernant les personnels médicaux, l’AP-HP se contente d’indiquer que des entretiens individuels sont en cours pour préciser leur « projet professionnel ». Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

http://www.jim.fr/medecin/actualites/pro_societe/e-docs/lap_hp_decide_daccelerer_la_fermeture_de_lunite_doncologie_pediatrique_de_lhopital_de_garches__146822/document_actu_pro.phtml AUTRE ARTICLE : Service d’oncologie du Dr Delépine : un nœud de plus dans l’imbroglio Garches, le mardi 19 août 2014 – La fermeture de l’unité de cancérologie pédiatrique de Garches (Hauts-de-Seine), qui est désormais effective, a soulevé de nombreuses protestations tout au long de l’été. Ce feuilleton médical a connu ces derniers jours un nouveau rebondissement : le juge des référés du tribunal administratif de Cergy-Pontoise a suspendu le jeudi 14 août la décision de l’AP-HP empêchant Nicole Delépine, ancienne chef du service, de cumuler emploi et retraite. Une « première marche », selon les déclarations du médecin, pour rouvrir ce service aux méthodes controversées par les institutions mais plébiscitées par les parents des malades. Une décision qui entraîne la réouverture du service… Le juge a notamment estimé qu’il y avait « urgence » à statuer car le refus de cumul emploi-retraite « est susceptible (…) de porter atteinte de manière suffisamment grave et immédiate à un intérêt public », évoquant aussi « l’intérêt des patients ». Pour Emmanuel Ludot, avocat de l’association Ametist, qui rassemble des proches de malades, cette décision permet d’envisager la réouverture de l’unité de cancérologie : « Le juge suspend la décision de refus du cumul emploi-retraite pour permettre la continuité des soins : il ordonne la poursuite de l’activité du médecin, à effet immédiat, ce qui ouvre la voie à une réouverture du service, me semble-t-il ». Une interprétation que partage Nicole Delépine : « C’est la première marche des étapes à franchir pour pouvoir rouvrir le service dans des locaux corrects, avec du personnel et des médecins. » Encore faut-il que l’AP-HP « (lui) propose un endroit où (elle) puisse effectivement travailler », a-t-elle ajouté. …ou pas ! La décision « n’impose en aucun cas le recrutement de Nicole Delépine », a répondu l’AP-HP dans un communiqué. L’ordonnance « ne change rien à la décision de cessation d’activité anticipée de l’unité d’oncologie pédiatrique de l’hôpital de Garches le 7 août dernier ». Une audience sur le fond du dossier se tiendra ultérieurement. Le feuilleton continue donc…

Copyright © http://www.jim.fr

http://www.jim.fr/medecin/actualites/pro_societe/e-docs/service_doncologie_du_dr_delepine_un_nud_de_plus_dans_limbroglio__146983/document_actu_pro.phtml

LA SUITE DE CETTE AVENTURE DANS UN AUTRE ARTICLES:

Service d’oncologie du Dr Delépine : un nœud de plus dans l’imbroglio. Toujours publié par le JIM

L’ARTICLE

Garches, le mardi 19 août 2014 – La fermeture de l’unité de cancérologie pédiatrique de Garches (Hauts-de-Seine), qui est désormais effective, a soulevé de nombreuses protestations tout au long de l’été. Ce feuilleton médical a connu ces derniers jours un nouveau rebondissement : le juge des référés du tribunal administratif de Cergy-Pontoise a suspendu le jeudi 14 août la décision de l’AP-HP empêchant Nicole Delépine, ancienne chef du service, de cumuler emploi et retraite. Une « première marche », selon les déclarations du médecin, pour rouvrir ce service aux méthodes controversées par les institutions mais plébiscitées par les parents des malades.

Une décision qui entraîne la réouverture du service…

Le juge a notamment estimé qu’il y avait « urgence » à statuer car le refus de cumul emploi-retraite « est susceptible (…) de porter atteinte de manière suffisamment grave et immédiate à un intérêt public », évoquant aussi « l’intérêt des patients ».

Pour Emmanuel Ludot, avocat de l’association Ametist, qui rassemble des proches de malades, cette décision permet d’envisager la réouverture de l’unité de cancérologie : « Le juge suspend la décision de refus du cumul emploi-retraite pour permettre la continuité des soins : il ordonne la poursuite de l’activité du médecin, à effet immédiat, ce qui ouvre la voie à une réouverture du service, me semble-t-il ».

Une interprétation que partage Nicole Delépine : « C’est la première marche des étapes à franchir pour pouvoir rouvrir le service dans des locaux corrects, avec du personnel et des médecins. »

Encore faut-il que l’AP-HP « (lui) propose un endroit où (elle) puisse effectivement travailler », a-t-elle ajouté.

…ou pas !

La décision « n’impose en aucun cas le recrutement de Nicole Delépine », a répondu l’AP-HP dans un communiqué.

L’ordonnance « ne change rien à la décision de cessation d’activité anticipée de l’unité d’oncologie pédiatrique de l’hôpital de Garches le 7 août dernier ».

Une audience sur le fond du dossier se tiendra ultérieurement.

Le feuilleton continue donc…

Copyright © http://www.jim.fr

http://www.jim.fr/medecin/actualites/pro_societe/e-docs/service_doncologie_du_dr_delepine_un_nud_de_plus_dans_limbroglio__146983/document_actu_pro.phtml