L’amour est une maladie, la sexualité aussi

Commentaire. Ce serait une bactérie qui serait à l’origine du désir sexuel.

Nous savions déjà que c’est un virus qui a infecté il y a 40 millions d’années les anciens oiseaux que nous étions, pour les transformer en mammifères. Le virus HERV W40, porteur d’une protéine capable de faire fusionner les cellules, fait fusionner l’oeuf fécondé avec la paroi de l’utérus primitif (oviducte) celui ci s’arrête, l’utérus se forme et au lieu de pondre des oeufs nous les laissons grandir dans le ventre des mamans et nous devenons des mammifères.

Mais voilà que la sexualité a été inventée par une bactérie aphrodisiaque : les Vibrio fischeri, connues pour leur propriétés bioluminescentes, peuvent infecter des petites organismes unicellulaires  les Salpingoeca rosetta (qui, tiens donc, ressemblent à des spermatozoïdes) et les poussent à se regrouper pour échanger leur ADN et se reproduire non plus par simple division, mais par un processus sexué avec échanges. Cette bactérie est appelée « Eros » par les chercheurs. Logique ne trouvez vous pas ?

L’idée est que la vie commence par un désir, ce désir nous fait rencontrer l’autre et échanger avec lui. Le tout grâce à une bactérie lumineuse. Beau ne trouvez vous pas ?

 

L’ARTICLE :

Aux origines de la reproduction sexuée, des bactéries aphrodisiaques

Sciences et Avenir – Par Hugo Jalinière le 04.10.2017 à 13h00

Des chercheurs ont mis la main sur un aphrodisiaque pour organismes unicellulaires sécrété par des bactéries. Et peut-être, du même coup, sur les origines de la reproduction sexuée chez les animaux.

Une bactérie “aphrodisiaque” conduisant de très anciens organismes unicellulaires à s’accoupler… C’est l’étonnante découverte réalisée par des microbiologistes de l’université de Californie à Berkeley qui sont peut-être remontés grâce à leurs travaux jusqu’à l’origine de la reproduction sexuée dans le règne animal.

Lire la suite de l’article : https://www.sciencesetavenir.fr/fondamental/biologie-cellulaire/aux-origines-de-la-reproduction-sexuee-des-bacteries-aphrodisiaques_116598

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 181