L’amitié protège de la maladie d’Alzheimer

Commentaire. Un peu de bon sens humain, ça fait du bien.

 

L’ARTICLE :

« Les amis, une protection contre la maladie d’Alzheimer »

Mediscoop – Date de publication : 22 août 2019

Damien Mascret observe dans Le Figaro qu’« en attendant la percée décisive contre la maladie d’Alzheimer, il est au moins un domaine dans lequel chacun d’entre nous peut agir pour sinon éviter la maladie, du moins en retarder l’expression, c’est-à-dire l’apparition des symptômes ».

« Un champ d’action que les spécialistes appellent les facteurs de risque modifiables. Ils pèsent en effet pour un tiers dans le risque d’être atteint, mais un Français sur trois ignore leur existence », rappelle le journaliste.

Il évoque un « stimulant puissant du cerveau que l’on ne doit pas négliger : les amis. Certains spécialistes en avaient l’intuition, mais encore fallait-il le prouver scientifiquement, ce que vient de faire une équipe de chercheurs ».

Damien Mascret note en effet que cela fait « plus de 20 ans que l’on a remarqué un déclin cognitif (fonctions les plus complexes du cerveau) accéléré chez ceux qui ont peu de relations sociales. Mais on se demande aussi depuis 20 ans lequel des deux phénomènes entraîne l’autre !

Autrement dit, est-ce parce que l’on commence à avoir des troubles liés à la maladie que l’on limite ses échanges sociaux ou est-ce parce que l’on réduit ses relations qu’apparaît la maladie ? ».

Lire la suite de l’article : https://www.mediscoop.net/index.php?pageID=0938a13210be3885af737efcbc9e6f94&midn=12206&from=newsletter

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 261