La Haute Autorité de Santé demande le déremboursement de l’homéopathie

Commentaire. Les attaques de plus en plus synchronisées se font contre l’homéopathie.

Agnès Buzyn d’un côté demande une évaluation selon les règles appliquées aux médecines traditionnelles. La HAS de l’autre (Haute Autorité de Santé) demande le déremboursement de l’homéopathie. 

Notons que la HAS n’a pas brillé par son efficacité lors de tous les scandales sanitaires de médicaments de ces dernières années. Encore actuellement la HAS est incapable de comprendre le problème que pose la nouvelle formule du Levothyrox.

Quand à une évaluation par les méthodes classiques ce serait tester un tailleur sur mesure en examinant un costume qu’il vient de faire pour un individu et en l’essayant en série à toute une population. Il n’irait gère à plus de 10% et serait « déremboursé ».

L’homéopathie est du ‘sur mesure’. Elle ne peut se juger comme un médicament à usage identique pour tous, c’est de l’ignorance pure et simple.

Nous avons pourtant plus que jamais besoin de ‘homéopathie et de ces médecines d’équilibration pour aider les populations face à des « outils cassés par leurs excès ».

 

 

L’ARTICLE :

Homéopathie : la Haute autorité de santé tacle le remboursement

Pourquoi Docteur –  Par Yvan Pandelé – Publié 23.07.2018 à 10h43 | |

Chargée d’évaluer des spécialités homéopathiques, la Haute autorité de santé en a profité pour livrer le fond de sa pensée sur le remboursement à 30% de ces remèdes.

C’est ce qu’on appelle un coup de Jarnac. En pleine polémique sur l’homéopathie, la Haute autorité de santé (HAS), autorité indépendante en charge de l’évaluation des médicaments, s’est immiscée dans le débat. Sommée d’évaluer l’efficacité de quatre spécialités homéopathiques en vue de maintenir leur remboursement (une procédure automatique tous les cinq ans), l’autorité s’est fendue d’une pique inattendue.

“La Commission s’étonne du maintien du taux de remboursement à 30% des médicaments homéopathiques à nom commun compte tenu du taux de remboursement à 30% voire 15% de médicaments ayant fait la preuve de leur efficacité”, a ainsi dénoncé la commission de la transparence de la HAS, dans ses avis du 13 juin 2018. Les membres de la commission se sont ensuite abstenus d’évaluer les spécialités concernées, comme la réglementation les y contraint.

Lire la suite de l’article : https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/26404-Homeopathie-Haute-autorite-sante-tacle-remboursement

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 217