Hyper sexualité, boulimie, jeux : les effets secondaires des anti parkinsoniens

Commentaire. La maladie de Parkinson, nous le savons, est favorisée par les toxiques employés dans l’agriculture et devient une maladie professionnelle. Elle est d’ailleurs en nette augmentation, particulièrement dans les milieux agricoles.

Relisez l’article du Dr Olivier Soulier sur la maladie de Parkinson qui explique bien le mécanisme profond. Lien : https://www.lessymboles.com/interview-le-sens-de-la-maladie-de-parkinson/

Quand on comprend le principe de la maladie de Parkinson avec une pulsion de base contrariée, on comprend mieux les effets secondaires de certains anti parkinsoniens. Il exercent une forme de désinhibition sur les pulsions de base des sujets. Cette action est logique, et physiologique : libérer une énergie bloquée qui est perpétuellement en lutte contre les principes et les bonnes manières. Sauf que cette énergie de base a été bloquée petit, quand ces pulsions violentes, sexuelles ou sans limites, étaient logiques, vers l’âge de 2 à 6 ans. A cet âge, l’enfant a le temps d’apprendre à les gérer avec l’aide de ses parents. Mais, quand vous débloquez ces pulsions brutalement chez un adulte souvent déjà âgé, elles envahissent un individu qui n’a jamais su les gérer puisqu’il les a toujours refoulées. C’est alors ingérable et débordant d’où ce que nous rencontrons. Achats compulsifs, hyper sexualité, exhibitionnisme, divorce suite à des conquêtes multiples, jeux, ruine financière. Troubles présents chez 51% des personnes qui prennent des antiparkinsonniens des plus courants. Ces patients se trouvent brutalement confrontés à des pulsions qu’ils ne comprennent et ne contrôlent pas. Ils ont honte d’en parler à leur médecin, et ne savent pas forcement que cela vient du traitement. Ces troubles ne sont réversibles que dans 50% des cas et au prix d’un syndrome de sevrage sévère. Comment un respectable sujet souvent assez « classique » peut se transformer en vieillard honteux et scandaleux ? Pas cool pour ceux à qui cela arrive.

 

 

L’ARTICLE :

Hypersexualité, jeu, boulimie : les effets secondaires surprenants de traitements contre Parkinson

Sciences et Avenir – Par Camille Gaubert le 22.06.2018 à 12h27

Certains traitements contre la maladie de Parkinson peuvent faire perdre le contrôle de ses impulsions : sexe, jeu ou encore achats compulsifs apparaissent ainsi chez 51,5% des malades prenant un des deux types de médicaments les plus utilisés, selon une étude française.

Addiction aux jeux, achats compulsifs, boulimie ou encore hypersexualité… Si les traitements contre la maladie de Parkinson sont essentiels et souvent efficaces, certains peuvent générer des troubles importants du contrôle des impulsions, d’après une nouvelle étude française publiée dans Neurology. Les agonistes dopamineriques, un des deux types de traitements les plus utilisés, entraînent ainsi ces troubles chez 51,5% des patients qui en prennent… Un chiffre largement supérieur à ce qui était estimé jusqu’alors ! Ces effets secondaires, aux conséquences potentiellement désastreuses sur la santé et la vie sociale et financière des malades, doivent être surveillés et peuvent justifier un arrêt de traitement.

 

Lire la suite de l’article : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/sexe-voitures-de-luxe-casino-une-etude-revele-les-effets-secondaires-de-traitements-contre-parkinson_125192

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 213