Hydroxychloroquine : et pourtant elle guérit

Commentaire. Hydroxychloroquine. On n’en parle plus. Le vaccin est présenté comme la seule solution alors que le traitement du Pr Raoult pourrait stopper facilement l’évolution d’un tel virus.

On comprend de mieux en mieux le pourquoi des attaques massives contre l’hydroxychloroquine et son promoteur le Pr Didier Raoult .

Elle contrarie clairement un plan mondial tendant à utiliser l’épidémie de coronavirus à des fins mercantiles.

Vendre des milliards de vaccins.

Vendre des antiviraux à des prix exorbitants.

Pourvoir contrôler les populations par la peur et éviter des révoltes un peu partout dans le monde contre les abus du capitalisme financier mondial.

Des mouvements comme en France, les gilets jaunes. Comment manifester si les réunions publiques sont interdites et le masque obligatoire ?

Certains vont même jusqu’à dire que cette épidémie a été génétiquement créée de toutes pièces, nous le saurons peut-être un jour. Il est aussi très probable que cette épidémie se soit échappée accidentellement du laboratoire P4 de Wuhan. Le Pr Montagnier qui a analysé le génome y avait retrouvé des pans entiers du virus HIV, laissant penser à des recherches pour un vaccin contre le virus du SIDA. Bien évidement ses paroles ont été de suite noyées.

Volontaire ou utilisé, il n’y a rien là de très beau.

Nourrir et générer une panique mondiale comme actuellement, ferait pâlir d’envie feu Nicolas Machiavel.

Et voilà qu’un Professeur, certes mondialement connu, et de qualité, mais à l’influence financière modérée car incorruptible, vient nous sortir un traitement qui réduit à néant tous ces plans. 

Si un simple traitement à 12 euros permet d’enrayer facilement cette épidémie, c’est tout ce plan et système qui s’effondre.

Au vu des développements de l’utilisation de cette « prétendue pandémie » nous comprenons mieux pourquoi il y a eu un tel acharnement contre le Pr Raoult et l’HCQ. Le fait que l’HCQ ait été bloquée dès le 15 janvier avant que Didier Raoult en parle, montre bien qu’Agnès Buzin et Co avaient bien compris les choses, et le risque pour ces plans pas très corrects.

Sinon cela aurait été, « adieux veaux vaches cochons » ou plutôt, « adieux antiviraux, vaccins et cash flow ».

 

L’ARTICLE :

Et pourtant elle guérit

par pgibertie  – 22 juilet 2020/

Deux mois se sont écoulés depuis l’interdiction totale de prescrire de l’hydroxychloroquine en France. Le retour de la maladie  nous permet de mesurer  le prix à payer pour cette décision criminelle.

Les études scientifiques se sont multipliées et elles confirment l’efficacité du traitement . Les dizaines de millions de personnes qui prennent la molécule pour d’autres pathologie sont étrangement protégées et si la raison l’avait emporté deux morts sur trois auraient été évitées.

Le plus consternant c’est bien le niveau de stupidité d’esprit de ceux qui se veulent éclairés et qui osent encore douter .

Les âges sombres sont bien là et la connerie semble proportionnelle aux nombres d’années d’études…

Lire la suite de l’article : Et pourtant elle guérit

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 305