Finalement l’appendice jouerait un rôle important, confirme une étude

Commentaire. Préservez votre appendice et vos amygdales à tout prix, pour vous et vos enfants.

L’appendice a un rôle remarquable et très important dans l’organisme. Et pourtant des générations entières ont perdu leur appendice avec des fréquences très élevées. On enlève en France un peu moins de 100  000 appendices par an. Ce qui nous fait au moins 7 millions de Français qui n’ont plus d’appendice.

L’appendice n’est pas un résidu inutile de l’histoire des espèces. Quelle est cette idée bizarre selon laquelle la vie garderait des choses qui ne servent à rien. Dans l’évolution des espèces les appendices ne disparaissent pas.

C’est un réservoir de microbes qui garde la mémoire de votre flore intestinale.

Le disque de sauvegarde de votre immunité.

Cet article vient encore confirmer cette notion essentielle.

Les amygdales ont probablement aussi un rôle aussi essentiel de conservation immunitaire.

La suppression massive de ces organes n’a t-elle pas un rôle dans l’apparition d’une telle épidémie de maladies allergiques et auto immunes ?

 

L’ARTICLE :

L’appendice a une réputation notoire pour sa tendance à l’inflammation (appendicite) entraînant souvent l’ablation chirurgicale. Bien qu’il soit généralement considéré comme un vestige de l’évolution avec peu de fonction connue, des recherches récentes suggèrent qu’il joue au contraire un rôle important.

Il servirait de réservoir pour des bactéries intestinales bénéfiques.

Heather F. Smith de l’Université Midwestern et une équipe internationale ont étudié l’évolution de l’appendice chez les mammifères afin de faire la lumière sur cet organe. Ils ont recueilli des données sur la présence ou l’absence de l’appendice et d’autres traits gastro-intestinaux et environnementaux chez 533 espèces de mammifères.

Ils ont découvert que l’appendice a évolué indépendamment dans plus d’une trentaine de lignées de mammifères et qu’il ne disparaît presque jamais d’une lignée une fois qu’il est apparu.

Cela suggère que l’appendice joue un rôle adaptatif. En examinant les facteurs écologiques tels que le régime alimentaire, le climat, la nature sociale de l’espèce et son lieu de résidence, ils ont pu rejeter plusieurs hypothèses proposées précédemment qui ont tenté de lier l’appendice à des facteurs alimentaires ou environnementaux.

Ils ont plutôt constaté que les espèces ayant un appendice ont des concentrations moyennes de tissu lymphoïde (tissu dans lequel résident les lymphocytes et d’autres cellules du système immunitaire) plus élevées dans le cæcum.

Cette découverte suggère que l’appendice jouerait un rôle important en tant qu’organe immunitaire secondaire. Le fait que les tissus lymphatiques peuvent stimuler la croissance de certains types de bactéries intestinales bénéfiques renforce l’idée que l’appendice peut servir de « maison sûre » pour les bactéries intestinales utiles.

Ils ont également constaté que les animaux ayant une certaine forme de cæcum étaient plus susceptibles d’avoir un appendice. Ce qui les amène à conclure que l’appendice ne se développe pas indépendamment, mais comme une partie d’un « complexe caeco-appendiculaire » plus large incluant l’appendice et le cæcum.

Les études qui montrent l’importance des bactéries intestinales pour plusieurs aspects de la santé se sont multipliées récemment.

http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2017-01-10/appendice-role-fonction

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 148