Editorial d’Olivier Soulier. Lettre Médecine du sens n°20.

Voila un ensemble d’articles que je commente et qui éclairent nos processus de fonctionnement.

La maltraitance provoque chez les enfants une réaction de colère cela est logique et protecteur. 

Cette colère se traduit par une inflammation, qui elle même fera le lit des maladies chroniques et dégénératives. Diabète, obésité, troubles mentaux. Voir l’article “De la maltraitance dans l’enfance à l’inflammation chronique”.

Bloquer la réaction saine de colère risque de retentir sur le coeur en obligeant le sujet à subir passivement. Voir l’article : “Certains antidouleurs seraient mauvais pour le cœur”.

La dépression consécutive à la maltraitance de l’enfance va se traduire par un amincissement du cortex cérébral, alors que la prière augmente l’épaisseur du cortex cérébral, en protégeant des conséquences de la maltraitance, et de la maladie d’Alzheimer.

Ceux qui le souhaitent pourrons trouver une aide dans la prière comme mode de recentrage. Voir les articles : “La prière, une arme contre Alzheimer”. “Religion et dépression, une relation corticale”.

Nous poursuivrons à chaque lettre une proposition d’éclairage de mécanismes intimes de notre vécu.

Vous êtes maintenant presque 2000 à nous suivre. Vous pouvez diffuser cette information à ceux pour qui vous ressentirez que cela pourra être utile. Merci.