E171 serait responsable de diabète de type 2

Commentaire. Dioxyde de Titane, agent de blanchiment, présent dans les aliments, les peintures, les médicaments, des milliers de produits, ne sert qu’à rendre plus blanc (comme dirait Coluche) mais voilà, il sert aussi probablement à donner le diabète, bingo.

On voit bien ici comment des éléments de marketing totalement superficiel peuvent avoir des conséquences dramatiques.

Le nombre de diabétiques a été multiplié par quatre depuis 40 ans, et le E171 existe depuis 50 ans. Le diabète apparait de plus en plus comme une maladie inflammatoire, comme de nombreuses maladies chroniques nouvelles. Le dioxyde de titane se dépose sous forme de cristaux dans le pancréas des diabétiques. Il serait un des éléments à l’origine de l’épidémie dramatique de diabète.

 

L’ARTICLE :

Et si le dioxyde de titane rendait diabétique ?

Futura Sciences – Nathalie Mayer Journaliste -Publié le 22/06/2018

Dans les peintures ou dans les cosmétiques, mais surtout dans les produits alimentaires, le dioxyde de titane est partout. Et depuis quelque temps, les scientifiques émettent des doutes quant à son innocuité. Ainsi une étude le soupçonne-t-elle d’être responsable des diabètes de type 2.

Le dioxyde de titane (TiO2) – encore connu sous le nom de E171 – est un additif alimentaire que l’on trouve dans de nombreux produits. Son unique vertu : doper la blancheur et la brillance de ces produits. Depuis 2006, il est classé cancérigène possible par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ). Et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) préconise un principe de précaution.

Aujourd’hui, des chercheurs de l’université du Texas (États-Unis) nous apprennent qu’ils ont retrouvé des particules cristallines de dioxyde de titane dans les pancréas de patients atteints de diabète de type 2.

Lire la suite de l’article : https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/diabete-si-dioxyde-titane-rendait-diabetique-71706/

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 213