Dysfonction érectile : une part est inscrite dans l’ADN

Commentaire. Dysfonction érectile : une part est inscrite dans l’ADN, comprenons le surtout comme une forme d’héritage familial.  

 

L’ARTICLE :

« Dysfonction érectile : un risque accru inscrit dans l’ADN »

Mediscoop

Sciences et Avenir annonce que « pour la première fois, le poids de la génétique dans les problèmes érectiles a été identifié. Ainsi, des variations génétiques proches d’un gène impliqué dans la fonction érectile [sur le chromosome 6] augmentent de 26 à 59% le risque de souffrir de problèmes d’érection », selon une étude parue dans les Pnas et « portant sur plus de 36.000 sujets ».

Le magazine rappelle que ce « problème concerne 1 homme sur 3 après 40 ans et augmente avec l’âge.

Lire la suite de l’article : https://www.mediscoop.net/index.php?pageID=16167382ee5fe9e2539ce916da68a554&midn=11201&from=newsletter

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 225