Dis, c’est quand l’éradication de la rougeole ?

Commentaire.

Voilà une grande question qui interroge le désir de toute puissance des êtres humains. Peut-on éradiquer une maladie ?

Cela part déjà de l’idée qu’une maladie serait un accident, une mauvaise chose qui n’aurait pas de sens. L’homme parfait devrait se séparer du mal ? Combat manichéen d’un autre temps. 

En fait, la maladie a sa fonction dans l’économie humaine et l’économie de la vie, elle fait partie intégrante de la vie.

Si l’on veut faire disparaitre une maladie, il faut faire disparaitre sa place. La tuberculose, maladie du déracinement des populations et de la peur de mourir dans l’ère industrielle, perd de sa puissance avec l’amélioration des conditions de vie.

La variole correspondait à la cruauté de l’existence et la survie à tout prix, quitte à détruire l’autre. Nous avons vu comment les étasuniens l’ont utilisée pour perpétrer le premier grand génocide de l’histoire moderne avec la destruction de la civilisation amérindienne.

Et la rougeole alors ?

Elle faisait partie du processus d’autonomisation, de la prise en main de sa propre perception du monde. C’est une très grande maladie maturatrice. Elle est très en lien avec la SEP, sclérose en plaques qui témoigne d’un manque d’autonomisation de notre vision du monde.

Peut-on éradiquer une phase de la vie, sous prétexte même qu’elle comporte des risques ? 

C’est pourtant le propre de la vie.
Quand comprendrons nous que quand nous éradiquons une maladie que nous connaissons, nous faisons apparaitre une nouvelle maladie qui vient prendre son rôle et qui est souvent plus dangereuse.

Alors gardons nos vielles maladies que nous connaissons bien et aidons les à faire leur travail sans casse.

L’ARTICLE :

Paris, le 24 décembre 2014 –  Après celle (acquise) de la variole et celle (retardée) de la polio, l’OMS vise l’éradication de la rougeole qui constituerait un des principaux facteurs de la baisse de la mortalité globale des enfants de moins de 5 ans. Quatre régions de l’OMS dont l’Europe avait pour objectif cette éradication « d’ici 2015 » : c’est raté.

Déjà en 2010 l’Assemblée mondiale de la santé (AMS), visait des objectifs plus raisonnables à atteindre pour la même échéance : une couverture nationale de plus de 90% par la première dose de vaccin rougeoleux, une incidence annuelle de moins de 5 cas par million d’habitants et une réduction de la mortalité par rougeole d’au moins  95% par rapport aux estimations de 2000.

Objectifs non atteints mais des millions de décès évités

Qu’en est-il à la veille de l’échéance ? C’est le propos d’un récent relevé épidémiologique de l’OMS. Sur la période 2000-2013, le pourcentage d’états où la couverture par la première dose de vaccin est de plus de 90% passe de 44 à 66 %. L’incidence annuelle de la rougeole a baissé (de 72%), mais reste de 40 cas par million d’habitants (probablement davantage car les malades ne vont pas tous chercher à se faire soigner et ceux qui bénéficient d’une prise en charge ne sont pas forcément répertoriés). Enfin, l’objectif de diminution de la mortalité n’a pas été atteint : la baisse est de 75% pour un objectif de -95%.

Cependant les progrès sont notables : de plus en plus d’états proposent systématiquement une deuxième dose vaccinale et des programmes de vaccination supplémentaire sont souvent proposés. Ainsi la couverture vaccinale à deux doses est passée de 15 à 53 %.

L’OMS estime que les vaccinations ont permis d’éviter 15,6 millions de décès dans le monde à cette période.

On traîne les pieds en Europe, on meurt dans les pays pauvres

Les Régions OMS, de la Méditerranée  orientale et de l’Europe ont fait peu de progrès et ceux du Pacifique occidental sont menacés. Dans les pays d’Europe occidentale, dont la France, une recrudescence de la rougeole a même été observée en 2008, touchant des populations non vaccinées (souvent adultes) dans des pays où les autorités politiques et l’opinion publique sous-estiment l’utilité de la vaccination ou même la fustigent sous l’influence de groupes qui y sont carrément opposés.

Et l’on constate que la majorité des enfants non vaccinés vivent dans six états, parmi les plus pauvres : Inde, Nigéria, Pakistan, Ethiopie, Indonésie, RDC. Ces mêmes états réunissent plus de 70% du total mondial des décès par rougeole : outre la  réticence des populations « nanties » du monde industrialisé, il faudra surtout, pour éradiquer la rougeole, vaincre l’inégalité d’accès à la vaccination et soutenir les pays les plus pauvres dans le renforcement de leur système de santé.

Dr Blandine Esquerre

http://www.jim.fr/medecin/actualites/pro_societe/e-docs/dis_cest_quand_leradication_de_la_rougeole__149479/document_actu_pro.phtml