Diabète et antidépresseurs, un lien qui parle de la cause

Commentaire.  Encore un bel exemple pour comprendre les maladies. La dépression, c’est l’impossibilité de remettre en cause les souffrances de son enfance. L’enfance c’est la famille. Et le diabète est typiquement une maladie de la relation avec la famille nourricière et à l’alimentation. (voir le livre « La digestion, les clés du poids, les formes et le dépendances » Olivier Soulier. Editions Sens et Symboles). 

Continuons. La dépression sert à remettre en cause les souffrances de l’enfance. Elle détruit les vieilles structures psychiques qui ne sont plus valides. Cela est douloureux, mais indispensable.

Les antidépresseurs empêchent ce processus. Le trouble reste actif et se déplace sur une forme plus organique de somatisation de la souffrance : le diabète.

 

 

L’ARTICLE :

Certains antidépresseurs favoriseraient le diabète

Psychomédia – Publié le 10 avril 2009

Certains antidépresseurs, en doses quotidiennes modérées à élevées durant plus de 2 ans, sont associés à une augmentation de 84% du risque de diabète, selon une étude allemande publiée dans l’American Journal of Psychiatry.

Le risque accru serait particulièrement élevé pour les antidépresseurs paroxétine (Deroxat, Seroxat, Paxil) et amitriptyline (Elavil, Endep, Laroxyl).

Le gain de poids pourrait expliquer la plus grande partie du lien entre antidépresseurs et diabète, selon les auteurs.
Lire la suite de l’article : http://www.psychomedia.qc.ca/depression/2009-04-10/certains-antidepresseurs-favoriseraient-le-diabete

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 183