Des étudiants en médecine de moins en moins empathiques

Commentaire. « Un processus de déshumanisation » dit le Pr Jean-Marc Triffaux (Université de Liège, Belgique).Le pire c’est qu’ils sont beaucoup plus empathiques en début d’études mais que les études leur font perdre une grande partie de ces qualités. Le vrai drame est là.

Est ce vraiment la gloire de la science et de la médecine ? Il est temps de s’interroger sur le fond de ce qu’est soigner et de ce qu’est un médecin.

 

L’ARTICLE :

Les étudiants en médecine de moins en moins empathiques ? 

 Egora – Par Marielle Ammouche le 01-02-2019

Selon une étude belge, les études auraient tendance à déshumaniser les apprentis médecins. Ce sont “des résultats alarmants”, que vient d’observer l’équipe de psychologie médicale du Pr Jean-Marc Triffaux (Université de Liège, Belgique) au sein d’une population de 1602 étudiants en médecine de sa ville, et qui viennent d’être présentés au récent congrès de l’Encéphale (Paris, 23-25 janvier 2019).

En effet, alors que les étudiants présentent des scores d’empathie très élevés au tout début de leur formation en médecine , au vu d’échelles couramment utilisées pour la mesurer (scores de plus de 75 chez les garçons et de plus de 80 chez les filles, sur la Basic Empathy Scale) et font nettement mieux sur ce plan que les étudiants en école de commerce (scores autour de 65 chez les garçons et de 70 chez les filles), “ce qui laisse penser que les étudiants en médecine présentent un profil altruiste plus prononcé“, tout diminue par la suite.

Lire la suite de l’article : https://www.egora.fr/actus-medicales/psychiatrie/46110-les-etudiants-en-medecine-de-moins-en-moins-empathiques?nopaging=1

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 239