Contre le cancer, les enfants ne servent pas de cobayes

Commentaire.

Nicole Delépine et les familles des enfants cancéreux continuent de se battre pour sauver ce qui est peut être le dernier service qui ne rentre pas dans la norme d’une médecine totalement sous l’emprise des protocoles et derrière les protocoles «Big pharma». La Phrase – “ses résultats sont contestés par l’AP-HP car ils ne correspondent pas aux nouveaux standards du plan cancer “, le Pr Leverger, pédiatre cancérologue à l’hôpital Trousseau de Paris, déclarant : “Madame Delépine ne s’inscrit pas dans le plan cancer et c’est son choix. Mais elle se trouve dans une institution qui, elle, s’y inscrit”. est à ce niveau très clair. Tout ce qui sort des normes doit disparaître, au risque bien sûr de remettre en question la mauvaise efficacité des normes.

L’ARTICLE :

Le Monde rappelle que « le tribunal de grande instance de Paris devait se prononcer [hier] sur l’avenir du service de cancérologie pédiatrique de l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), dont la fermeture, programmée par l’AP-HP, suscite la colère de parents d’enfants malades ».
Le journal observe que « les pratiques du Dr Nicole Delépine, directrice de cette unité, font polémique depuis des années. De son côté, elle dénonce les protocoles rigides et les essais thérapeutiques pratiqués, selon elle, dans les autres services ».
Le Monde note que « réfutant l’idée que les malades servent de «cobayes», le Pr Agnès Buzyn, présidente de l’Institut national du cancer, se dit, dans un entretien, «favorable à ce qu’il y ait davantage d’essais cliniques dans les cancers de l’enfant» ».
Le Pr Buzyn déclare notamment : « Je comprends que les parents soient inquiets d’un changement de lieu de prise en charge, mais je ne pense pas que cela puisse entraîner une perte de chance pour les enfants. Le regroupement des centres permet de rassembler des expertises pluridisciplinaires, nécessaires pour une meilleure prise en charge ».
« Il ne m’appartient pas d’évaluer les pratiques médicales de tel ou tel médecin et donc du Dr Delépine. Les recommandations du plan cancer doivent en théorie être appliquées par tous. Mme Delépine affiche des résultats spectaculaires mais ne les a jamais publiés. Elle ne participe à aucun essai clinique national. Or, le partage des connaissances et l’évaluation par les pairs sont des principes fondamentaux du progrès médical 
», continue la spécialiste.
Le Monde observe en outre qu’« à Garches, des familles [sont] prêtes à tout pour sauver le service du Dr Delépine. […] Quatre parents sont allés jusqu’à observer une grève de la faim, début juillet, dans la chapelle de l’hôpital ».
Libération indique de son côté que « la justice a rejeté le recours en référé contre la fermeture du service de cancérologie pédiatrique de l’hôpital de Garches. Ceci malgré la forte mobilisation de parents ».
Le journal consacre une page au sujet, relevant que « ce service fait beaucoup parler de lui, car Nicole Delépine dispense un traitement au cas par cas, vieux de 30 ans. Elle s’appuie essentiellement sur une molécule, le méthotrexate, et s’oppose, ainsi, à l’entrée systématique des enfants dans les essais cliniques, comme indiqué par le plan cancer. […] Avec sa méthode, elle revendique un taux de guérison de 90% ».
Le Dr Delépine déclare qu’« en première main, on peut amener les trois quarts des enfants à 30 ans de guérison. Maintenant, on a peur que ces résultats baissent juste parce que ces protocoles ne sont plus à la mode ».
Libération note que « ses résultats sont contestés par l’AP-HP car ils ne correspondent pas aux nouveaux standards du plan cancer », le Pr Leverger, pédiatre cancérologue à l’hôpital Trousseau de Paris, déclarant : « Madame Delépine ne s’inscrit pas dans le plan cancer et c’est son choix. Mais elle se trouve dans une institution qui, elle, s’y inscrit. […] Une publication aurait permis une discussion, ce qui ne peut être que profitable ».
Nicole Delépine remarque : « C’est vrai qu’on n’a pas publié d’essais thérapeutiques, puisqu’on n’en fait pas, mais on a publié nos résultats. Ils ont été répertoriés et confirmés ».

http://www.mediscoop.net/index.php?pageID=5f035465dd6b040789685db3b0100f79&id_newsletter=6671&liste=0&site_origine=revue_mediscoop&nuid=medi_2_31928&midn=6671&from=newsletter

Date de publication : 25-07-2014