« Cheveux gris, attention au coeur »

Commentaire. Se faire des cheveux blancs ? Cette expression est bien vraie, elle montre que les personnes qui ont plus vite des cheveux blancs ont plus de somatisations.

 

L’ARTICLE :

Sciences et Avenir relève en effet que « selon une étude récemment présentée au congrès Euro Prevent à Malaga (Espagne) de la Société européenne de cardiologie, le risque cardiaque pourrait être décelé très simplement grâce à la décoloration des cheveux ».

Le magazine explique que « l’étude prospective a été menée auprès de 545 hommes adultes divisés en sous-groupes selon la présence ou l’absence de maladie coronarienne et aussi leur quantité de cheveux gris et blanc. Celle-ci a été classée, selon une observation visuelle réalisée par deux observateurs indépendants utilisant le score suivant : 1 = cheveux noirs, 2 = plus de noirs que de blancs, 3 = autant de noirs que blancs, 4 = plus de blancs que de noirs, 5 = cheveux blancs ».

Sciences et Avenir observe qu’« indépendamment de l’âge évidemment mais aussi des autres facteurs de risque cardiovasculaire (hypertension, cholestérol..), les chercheurs ont constaté qu’un score élevé de blanchissement des cheveux (grade 3) était associé à un risque accru de maladie coronarienne ».

Le Dr Irini Samuel, cardiologue à l’université du Caire (Egypte), qui a mené cette étude, a ainsi indiqué que « le vieillissement est un facteur de risque coronaire inévitable et est associé à des signes dermatologiques qui pourraient signaler un risque accru ».

Le magazine note que « les auteurs proposent aux hommes sans aucune symptomatologie cardiaque mais dont les tempes blanchiraient précocement de penser à consulter leur cardiologue afin de dépister une éventuelle pathologie cardiovasculaire ».

https://www.mediscoop.net/index.php?pageID=21b600012f078f849fb73a8a1a12f690&id_newsletter=9395&liste=0&site_origine=revue_mediscoop&nuid=medi_2_31928&midn=9395&from=newsletter

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 162