« C’est enfin prouvé : un nouveau-né ressent autant la douleur qu’un adulte »

L’ARTICLE :

Science et Vie note en effet : « Qu’on le croie ou pas, jusque-là aucune étude scientifique ne prouvait de manière claire que les nouveau-nés, dont le cerveau est encore en cours de développement, ressentaient la douleur comme nous, les adultes ».

« Heureusement, c’est chose faite : une équipe de 14 chercheurs de l’université d’Oxford (Royaume-Uni) vient de publier un article qui devrait profondément modifier les pratiques médicales néonatales, empreintes encore de la croyance que les bébés ne sont pas totalement «équipés» pour ressentir la douleur », observe le magazine.

Science et Vie explique que selon ce travail paru en ligne dans eLife, « les nouveau-nés activent quasiment les mêmes zones cérébrales que les adultes quand on leur pique le pied avec un objet pointu (modérément, bien sûr) : en comparant les clichés IRMf de 10 adultes et 10 nouveau-nés soumis à ce traitement, les chercheurs ont constaté qu’un réseau de 18 régions cérébrales s’active chez les bambins, contre 20 chez les adultes ».

« Néanmoins, les deux régions non activées – l’amygdale et le cortex orbitofrontal – sont celles qui permettent aux adultes d’interpréter le stimulus douloureux : les chercheurs en concluent que la seule chose qui différentie l’adulte du bébé dans l’expérience de la douleur, ce sont certaines émotions liées à la prise de conscience et l’interprétation de l’origine de celle-ci. Mais la douleur elle-même est ressentie de la même manière », précise le magazine.

Science et Vie souligne que « le résultat des chercheurs vise avant tout le milieu médical et hospitalier : en effet dans le domaine néonatal, il prévaut depuis longtemps la conviction que les bébés ne ressentent pas la douleur aussi intensément que les adultes (par manque d’études spécifiques sur la question), attribuant les comportements physiques des bébés face à des situations de douleur physique comme des réactions réflexes n’équivalant pas vraiment à un ressenti douloureux. Ce qui s’est répercuté dans les protocoles de soin ».

Le magazine ajoute que « les chercheurs signalent également que lorsqu’un nouveau-né donne des signes physiques de douleur (accélération du rythme cardiaque), les médecins et infirmières recourent le plus souvent à l’administration d’eau sucrée, laquelle diminue les symptômes physiques liés à la douleur mais pas la douleur elle-même ».

« Cette étude devrait donc mettre fin à l’une des lacunes les plus douloureuses de la médecine, et atténuer peut-être l’intensité des souffrances non exprimées, que jusque-là, nous ne savions pas déchiffrer », conclut Science et Vie.

Date de publication : 13-05-2015

http://www.mediscoop.net/index.php?pageID=e99048f17cbc4e3e792f1f559883f95c&id_newsletter=7313&liste=0&site_origine=revue_mediscoop&nuid=medi_2_31928&midn=7313&from=newsletter