Bisphénol A : pas de danger pour la santé, selon l’Europe »

Le Figaro constate en effet que « l’Efsa (Autorité européenne de sécurité des aliments) a publié mercredi un rapport soulignant que «le BPA (bisphénol A) ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs de tous les groupes d’âge y compris les enfants à naître, les nourrissons et les adolescents» ».

« Pis, tout en estimant nécessaire de diminuer la dose journalière tolérable de BPA en la faisant passer de 50 microgrammes (µg) par kilo de poids corporel et par jour à 4 µg/kg/jour, l’Efsa semble estimer qu’il s’agit d’une décision quasi superflue », remarque le journal. L’agence européenne estime en effet que « l’exposition par voie alimentaire ou par l’intermédiaire d’une combinaison d’autres sources est considérablement inférieure au niveau sans danger ».

Le Figaro observe que cette « analyse laisse perplexe au regard des alertes lancées dans de nombreuses études quant à l’effet néfaste de cette molécule présente dans un grand nombre de produits quotidiens : plastiques, pellicules de revêtement interne des boîtes de conserve et des canettes et tickets de caisse notamment ».

Le journal rappelle que « le BPA est depuis longtemps considéré comme un perturbateur endocrinien, agissant sur le système hormonal. L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire), dans le grand rapport issu de 3 ans de travail qu’elle a consacré à ce sujet en 2013, évoquait des «risques potentiels pour la santé», et estimait nécessaire de «réduire les expositions» ».

L’Anses a évoqué hier dans un communiqué « certaines divergences quant à la prise en compte des incertitudes ainsi que des différences d’interprétation dans l’analyse des études disponibles ». Jean-Nicolas Ormsby, directeur adjoint de la direction des évaluations des risques à l’Anses, remarque ainsi : « Nous avons des différences sur l’appréciation des études et sur la manière d’apporter la preuve ».

Le Figaro ajoute qu’« on peut également se demander pourquoi l’Efsa juge pertinente la dose de 4 µg/kg/jour alors que «la probabilité de développer un cancer du sein à l’âge adulte se situe à 0,0025 µg/kg/jour», souligne Jean-Nicolas Ormsby ».

Le quotidien relate la réaction de la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal, qui s’est dite « très surprise par cet avis de l’Efsa » et « a annoncé qu’elle allait en demander une expertise «pour voir si le poids des lobbies n’est pas intervenu dans sa publication», alors que la France vient d’interdire l’usage du bisphénol A dans les contenants alimentaires ».

Les Echos note aussi, sur quelques lignes, que « l’autorité européenne contredit la décision française ». Le quotidien précise toutefois que « de nombreux doutes restent à lever » sur le sujet.

Date de publication : 22-01-2015

http://www.mediscoop.net/index.php?pageID=10eb63447a0fedfae82bc8d675fc84b3&id_newsletter=7070&liste=0&site_origine=revue_mediscoop&nuid=medi_2_31928&midn=7070&from=newsletter