Avastin et DMLA : le laboratoire Roche décline toute «responsabilité»

Commentaire. Prix des médicaments. Nous en avons souvent parlé, le crédo des labos c’est les médicaments de cash boursier.

Le médicament contre l’hépatite C,  le sofosbuvir en est un bel exemple, à 46.988 euros le traitement alors qu’il ne coute qu’une centaine d’euros.

Mais il y a mieux. Il y a pour la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) deux médicaments qui appartiennent au même laboratoire le très Suisse et très financier laboratoire Roche. L’un, le Lucentis est commercialisé à 1000 euros par mois par le copain Novartis. L’autre l’Avastin qui marche largement aussi bien est commercialisé  par Roche à quelques dizaines d’euros.

Différence 340 millions d’euros que vous et moi payons par la Sécurité Sociale.

Il se trouve que l’Avastin prévu au départ pour soigner certains cancers, fonctionne aussi, et très bien, sur la DMLA. Zut alors, comment Roche va t-il faire son beurre boursier. Bah en bloquant la diffusion de l’Avastin par tous les moyens possibles.

Et que font nos gouvernements ? Rien en pratique, malgré toutes les recommandations.

Il y a 2 semaines nous parlions des médicaments contre la maladie d’Alzheimer qui ont couté pour rien 4 milliards ces dernières années. Rajoutez 340 et d’autre encore.

Comme disez Coluche « Rigolez pas, c’est vous qui payez ».

 

L’ARTICLE :

La hache de guerre entre le laboratoire Roche et le ministère de la Santé n’est pas prête d’être enterrée. Alors que le remboursement du médicament Avastin dans le cadre du traitement de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) vient d’être autorisé par les autorités, le laboratoire Roche qui produit le médicament riposte. Le groupe pharmaceutique Suisse a appelé les autorités françaises à assumer l’entière responsabilité de cette décision qu’il juge «contraire à l’intérêt des patients» et en «contradiction avec les mises en garde».

«Roche, qui n’en recommande pas l’usage, ne saurait en assumer la responsabilité et les obligations qui sont mises unilatéralement à sa charge», affirme Roche SAS, filiale française du groupe suisse, dans un communiqué.

Roche opposé à l’utilisation pour traiter la DMLA

L’Avastin est initialement destiné au traitement de certains cancers par voie intraveineuse. Le laboratoire Roche s’oppose fermement à l’utilisation dans le traitement de la DMLA. Officiellement pour des raisons de santé publique, officieusement pour des questions d’argent. Le géant helvète a conçu un médicament pour soigner spécifiquement la DMLA, le Lucentis.

Commercialisé par le biais des laboratoires Novartis, les profits que génère le Lucentis sont bien plus intéressants : 739 euros par injection contre 10 euros pour la seringue d’Avastin. Un coût considérable pour la Sécurité sociale sachant que trois injections sont nécessaires pour obtenir la guérison du patient.

Recours engagé

L’arrêté permettant, pour une durée de trois ans renouvelable, ce nouvel usage de l’Avastin s’inscrit dans le cadre d’une recommandation temporaire d’utilisation (RTU).

Le laboratoire suisse a engagé un recours contre cette autorisation temporaire au mois de juin arguant que «cet usage hors AMM (Ndlr : autorisation de mise sur le marché) d’Avastin dans la DMLA ne peut être réalisé que sous la seule responsabilité de l’Etat ou tout tiers habilité par l’Etat, médecins, pharmaciens qui le reconditionnent.»

En juin, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) avait toutefois rappelé qu’en vertu du code de santé publique, «la mise en œuvre d’une RTU et le suivi des patients inclus dans ce dispositif incombent au titulaire de l’autorisation de mise sur le marché (AMM)». En l’occurrence, les laboratoires Roche.

leparisien.fr

http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/avastin-et-dmla-le-laboratoire-roche-decline-toute-responsabilite-28-08-2015-5043369.php

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 144