62 % DES PATIENTS VACCINÉS CONTRE LA COVID ONT DES LÉSIONS CARDIAQUES PERMANENTES d’après un médecin canadien

L’ARTICLE :

MÉDECIN CANADIEN : 62 % DES PATIENTS VACCINÉS CONTRE LA COVID ONT DES LÉSIONS CARDIAQUES PERMANENTES

par Brian Shilhavy, Éditeur, Health Impact News

Nous avons déjà couvert l’histoire du Dr Charles Hoffe [2] , le courageux médecin qui pratique la médecine depuis 28 ans dans la petite ville rurale de Lytton en Colombie-Britannique, au Canada.

Après avoir administré environ 900 doses des injections expérimentales d’ARNm COVID-19 de Moderna, il a sonné l’alarme sur les réactions sévères qu’il observait chez ses patients qui ont choisi de se faire vacciner (il a choisi de NE PAS le faire lui-même), qui incluaient la mort .

Le résultat de sa sonnette d’alarme a été une ordonnance de bâillon émise contre lui par les autorités médicales de sa communauté. Il a défié cet ordre du bâillon et a été interviewé par Laura-Lynn Tyler Thompson dans son émission où il a sonné l’alarme. Voir:

UN MÉDECIN CANADIEN DÉFIE L'ORDRE DU BÂILLON ET EXPLIQUE AU PUBLIC COMMENT LES INJECTIONS DE MODERNA COVID ONT TUÉ ET RENDU DÉFINITIVEMENT INVALIDES LES PEUPLES AUTOCHTONES DE SA COMMUNAUTÉ [3]

Sa punition pour avoir mis en garde les autres sur les dangers de ces tirs expérimentaux était qu’il avait été relevé de ses fonctions à l’hôpital et avait perdu la moitié de ses revenus :

UN MÉDECIN CANADIEN RETIRÉ DU SERVICE HOSPITALIER APRÈS AVOIR PARLÉ DES EFFETS SECONDAIRES DU «VACCIN» COVID [4]

La semaine dernière, le Dr Hoffe a de nouveau [5] été interviewé [5] par Laura-Lynn Tyler Thompson, et il continue de partager ses découvertes avec le public concernant les injections expérimentales de COVID-19.

Le Dr Hoffe est vraiment un héros aujourd’hui, risquant non seulement sa réputation, mais probablement sa vie même pour apporter des informations importantes concernant les clichés COVID-19 que les mondialistes qui contrôlent les médias d’entreprise et les médias sociaux s’efforcent de censurer.

Dans cette dernière interview, le Dr Hoffe déclare que les caillots sanguins qui sont rapportés dans les médias d’entreprise comme étant «rares» sont tout sauf rares, sur la base de ses propres tests sur ses propres patients qui avaient récemment reçu l’un des vaccins.

« Les caillots sanguins dont nous entendons parler et dont les médias prétendent qu’ils sont très rares sont les gros caillots sanguins qui sont ceux qui provoquent les accidents vasculaires cérébraux et qui apparaissent sur les tomodensitogrammes, les IRM, etc. Les caillots dont je parle sont microscopiques et trop petits pour être trouvés sur n’importe quel scan. Ils ne peuvent donc être détectés qu’à l’aide du test des D-dimères. »

En utilisant ce test avec ses propres patients, le Dr Hoffe affirme avoir trouvé des signes de petits caillots sanguins chez 62 % de ses patients qui ont reçu une injection d’ARNm.

Il déclare que ces personnes sont désormais handicapées de manière permanente et qu’elles ne pourront plus “faire ce qu’elles faisaient auparavant ».

Ces personnes n’ont aucune idée qu’elles ont même ces caillots sanguins microscopiques. La partie la plus alarmante de ceci est qu’il y a certaines parties du corps comme le cerveau, la moelle épinière, le cœur et les poumons qui ne peuvent pas se régénérer. Lorsque ces tissus sont endommagés par des caillots sanguins, ils sont définitivement endommagés.

Son avertissement est très grave : “Ces tirs causent d’énormes dégâts et le pire est encore à venir.”

Il s’agit d’un extrait de 8 minutes de l’ interview originale [5] , et nous l’avons posté sur nos chaînes Bitchute [6] et Rumble [7] .

LE CANADA COMMENCE-T-IL ENFIN À PRÊTER ATTENTION À CES MÉDECINS DISSIDENTS QUI TIRENT LA SONNETTE D'ALARME?

Le Dr Hoffe n’est pas le seul médecin à tirer la sonnette d’alarme sur les effets secondaires graves des injections de COVID-19.

Le mois dernier, nous avons couvert la conférence de presse donnée en Ontario sur la Colline du Parlement organisée par le député Derek Sloan et mettant en vedette quatre autres médecins canadiens qui étaient également censurés sur ce qu’ils voyaient et rapportaient concernant les injections de COVID-19. Voir:

L'HOMME POLITIQUE CANADIEN DEREK SLOAN UTILISE LA COLLINE DU PARLEMENT POUR DONNER LA PAROLE AUX MÉDECINS ET SCIENTIFIQUES CENSURÉS QUI DÉNONCENT LE GÉNOCIDE COVID-19 ET LES CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ [8]

Est-ce que ces témoignages publics de médecins qui osent remettre en question le récit officiel face à une censure énorme, à des moqueries et même à des menaces commencent à faire une différence au Canada?

Peut-être.

Hier, il y a eu un communiqué de presse [9] du groupe de travail sur l’immunité COVID-19 au Canada . Ce groupe [1] est composé de :

des experts de partout au Canada dans des domaines liés à la surveillance sérologique, à l’immunologie, à la virologie, aux maladies infectieuses, à la santé publique et à la médecine clinique. Il comprend également des membres d’office représentant

des organismes du gouvernement du Canada, dont l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et le bureau du conseiller scientifique en chef du premier ministre, en tant que ainsi que des représentants des ministères provinciaux et territoriaux de la Santé et de l’Université McGill (hôte du Secrétariat). ( Source [1] .)

C’est la première fois que je vois dans un pays un groupe ayant des liens avec des agences de santé gouvernementales admettre qu’il y a des personnes grièvement blessées à cause des tirs de COVID-19, et que des stratégies doivent être développées pour faire face à leurs blessures.

Certaines blessures ont été reconnues aux États-Unis par la FDA, mais la seule mesure qu’ils ont prise est d’ajouter des avertissements aux coups de feu – rien sur la façon de traiter les victimes et leurs blessures.

Certes, ce groupe au Canada continue de déclarer le récit officiel selon lequel « _les avantages de la vaccination COVID-19 continuent de l’emporter sur les risques_ » tout en ne fournissant aucune donnée ou étude sous-jacente pour prouver cette affirmation, mais le fait qu’ils admettent même que il y a des gens blessés par les coups de feu qui ont besoin d’aide, c’est énorme.

Le gouvernement du Canada, par l’intermédiaire de son Groupe de travail sur l’immunité contre la COVID-19 (CITF) et de son Groupe de référence pour la surveillance des vaccins (VSRG), investit environ 800 000 $ pour une étude qui vise à améliorer davantage l’identification et la réponse du Canada aux événements indésirables que les personnes peuvent subir à la suite de la COVID- 19 vaccinations dans 10 provinces. Cette étude est une extension d’un programme d’innocuité des vaccins existant qui fournit des informations de santé publique importantes sur les événements indésirables suivant l’immunisation (AEFI) pour tous les vaccins autorisés pour une utilisation chez les adultes et les enfants.

Espérons que ce n’est pas juste une autre excuse pour dépenser de l’argent sans résultats, mais que quelque chose de substantiel pourrait sortir d’une telle étude, qui a très probablement été motivée par les médecins honnêtes du Canada qui ont risqué leur carrière et leur vie pour apporter la vérité au Publique.

 

——

[1] https://www.covid19immunitytaskforce.ca/leadership-group/

[2] https://healthimpactnews.com/?find=Charles+Hoffe

[3]

https://healthimpactnews.com/2021/canadian-doctor-defies-gag-order-and-tells-the-public-how-the-moderna-covid-injections-killed-and-permanently-disabled-indigenous-people-in-his-community/

[4]

https://healthimpactnews.com/2021/canadian-doctor-removed-from-hospital-duty-after-speaking-out-about-covid-vaccine-side-effects/

[5] https://www.bitchute.com/video/A6GbcUl6blpJ/

[6] https://www.bitchute.com/video/ChQwQBggc8TL/

[7]

https://rumble.com/vjuhch-canadian-doctor-62-of-patients-vaccinated-for-covid-have-permanent-heart-da.html

[8]

https://healthimpactnews.com/2021/canadian-politician-derek-sloan-uses-parliament-hill-to-give-voices-to-censored-doctors-and-scientists-blowing-the-whistle-on-covid-19-genocide-and-crimes-against-humanity/

[9]

https://www.covid19immunitytaskforce.ca/canadian-researchers-to-study-best-approaches-to-possible-adverse-events-following-covid-19-vaccination/

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 338