Utilisation des drogues en thérapie

Commentaire. L’ecstasy aide à dépasser le stress post traumatique.

L’usage des drogues n’est pas nouvelle. A l’époque du new âge californien, on utilisait le LSD pour dépasser les blocages profonds, avec succès. Stanislav Grof s’en est fait le spécialiste. Avec l’interdiction de ces drogues, il a eu recours à l’hyper ventilation « respiration holotropique » pour retrouver un effet proche pour le cerveau.

Le Dr Mabbit à Takiwasi au Pérou, utilise depuis longtemps et avec succès l’Ayahuaska pour aider à la désintoxication de drogués au drogues dures, avec grand succès. Ces thérapies sont pourtant interdites en France, mais autorisées, en Espagne, Portugal, Belgique.

Elle donnent des résultats définitifs alors que les produits de compensation maintiennent en dépendance, même si elle est légale.

Ces découvertes sur l’ecstasy ouvriront peut être des portes.

 

 

L’ARTICLE :

« Stress post-traumatique : l’ecstasy proposée comme traitement ajouté à une thérapie »

Sciences et Avenir note en effet que « la molécule de l’ecstasy, la MDMA, administrée de manière contrôlée pour accompagner une psychothérapie, peut avoir une certaine efficacité pour les soldats en état de stress post-traumatique (ESPT), suggèrent des chercheurs dans une étude parue […] dans The Lancet Psychiatry ».

« Une étude jugée intéressante par les spécialistes, bien qu’insuffisante pour généraliser la prise de MDMA chez les personnes souffrant d’ESPT », note le magazine.

Il explique que « 26 sujets ont suivi un protocole strictement encadré. Après trois premières séances de psychothérapie d’une heure et demie chacune, ils ont pris des doses plus ou moins fortes de MDMA (30 mg, 75 mg ou 125 mg selon) lors de deux séances de 8 heures chacune, spécialement adaptées ».

Lire la suite de l’article : https://www.mediscoop.net/index.php?pageID=5c841accfa15e74d5d84c3a78b365ce1&id_newsletter=10670&liste=0&site_origine=revue_mediscoop&nuid=medi_2_31928&midn=10670&from=newsletter

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 207