La violence sur les enfants laisse des traces sur leur cerveau.

Commentaire. Nous en avons souvent parlé. 

Le figaro revient sur ce point;

« 5 à 15% des enfants occidentaux subissent des violences physiques ou sexuelles. Ces sévices peuvent favoriser le développement de dommages psychiatriques tels que des comportements agressifs, une forte impulsivité et anxiété, pouvant aller jusqu’à la dépression ou au suicide ».

Ils « ont constaté une altération des cellules nerveuses chargées de former les connexions entre neurones. La zone du cerveau concernée est chargée entre autres de réguler les fonctions cognitives et émotionnelles. Chez les mineurs victimes de violences elles auraient été endommagées lors de leur croissance. Ce phénomène cause des dommages structurels et fonctionnels du cerveau, entraînant des psychopathologies à long terme ».

 

 

L’ARTICLE :

« Violences sur mineurs : des conséquences sur le développement de leur cerveau »

Le Figaro fait savoir qu’« une étude met en évidence des altérations cérébrales chez des victimes mineures d’abus physiques ou sexuelles. Elles seraient responsables de dommages psychopathologiques ».

Le journal relève que selon ce travail, « 5 à 15% des enfants occidentaux subissent des violences physiques ou sexuelles. Ces sévices peuvent favoriser le développement de dommages psychiatriques tels que des comportements agressifs, une forte impulsivité et anxiété, pouvant aller jusqu’à la dépression ou au suicide ».

Lire la suite de l’article : https://www.mediscoop.net/index.php?pageID=19be294dd3a09592fb05dc6f02837fc3&id_newsletter=9917&liste=0&site_origine=revue_mediscoop&nuid=medi_2_31928&midn=9917&from=newsletter

 

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 180