Il y a des signes biologiques des tendances suicidaires

Commentaire. Deux molécules sont retrouvées dans le liquide céphalorachidien (par ponction lombaire) . Le YKL- 40 et le GAP – 43. Cette dernière serait précisément liée au sentiment d’inutilité.

Nous entrons là dans de toutes autres considérations sur les « maladies psychiques ».

 

L’ARTICLE :

Y a-t-il des biomarqueurs pour les idées suicidaires ?

Plus de 800 000 personnes se suicident tous les ans à travers le monde, dont un grand nombre de personnes âgées. Mais nous disposons de peu d’informations sur le contexte neurobiologique du comportement suicidaire dans cette tranche d’âge.

Une étude réalisée en Suède, auprès de 1462 femmes et ce depuis 1968, avance la possibilité de suivre l’évolution d’idées suicidaires par des : « outils « quantitatifs et plus objectifs, tels que certains biomarqueurs »

D’un âge compris entre 62 et 84 ans, 86 de ces femmes ont acceptées une ponction lombaire afin « de doser des biomarqueurs présumés dans le liquide céphalo-rachidien (LCR) : YKL-40 (chitinase-3-like protein 1), GAP-43 (grow-associated protein-43), et protéine basique de la myéline (MBP). »

Des taux plus élevés de YKL-40 et de GAP-43 dans le LCR

8 d’entre elles avaient avoué avoir eu des idées suicidaires dans le mois précédent et l’on relève chez elles des taux nettement supérieurs de YKL-40 et de GAP-43 dans le LCR.

D’autre part, on observe que  : « les niveaux des biomarqueurs considérés ne présentent aucune différence en fonction du contexte thymique (présence ou absence de dépression) et que « des niveaux élevés de GAP-43 dans le LCR sont associés à un sentiment d’inutilité », une « forte relation » étant observée dans le modèle ajusté (odds ratio = 5,95 ; intervalle de confiance à 95 % [1, 52–23,20] ; p = 0,01). »

Cette étude, bien qu’elle soit limitative car ne concernant que des femmes âgées, encourage faire des recherches des biomarqueurs dans le LCR quand il y a présence d’idées suicidaires qui pourraient traduire : « des anomalies sous-jacentes du fonctionnement neuronal (ou/et des cellules gliales) ou/et d’ordre inflammatoire. »

RW PG

Source JIM

http://www.jim.fr/medecin/actualites/medicale/e-docs/y_a_t_il_des_biomarqueurs_pour_les_idees_suicidaires__166472/document_actu_med.phtml

 

 

Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 173